Troubles alimentaires: quand le ventre perd la tête

Insatisfaction corporelle, désir de minceur ou de corps musclé suivi d’un régime strict ou d’une pratique sportive excessive: des phénomènes très répandus chez les jeunes. Lorsqu’un idéal de beauté inaccessible commence à dominer la vie d’un enfant, les parents devraient consulter un professionnel.

Etre prêt en permanence pour le prochain selfie: une tendance à laquelle il n’est pas évident d’échapper. Pour les jeunes, il s’avère particulièrement difficile de ne pas s’assujettir au culte de la beauté sans se faire marginaliser. Le corps doit, lui aussi, se plier à l’idéal courant. Soudain, la frontière entre optimisation et dictature de l’image devient très ténue.

Un phénomène normal

«Il est tout à fait normal que les jeunes portent un regard critique sur leur corps et ressentent parfois de l’insatisfaction», explique Birgit Schmid, psychologue au service de télémédecine santé24. «Les changements qui interviennent au moment de la puberté placent l’apparence physique au centre de l’attention et amènent les adolescents à se remettre en question. Dans le même temps, le désir d’indépendance se fait ressentir. A l’inverse de nombreuses autres situations, les jeunes prennent le contrôle de leur corps si, par exemple, ils pratiquent une activité sportive intense ou s’imposent des règles à table.» Si une fille ou un garçon souhaite suivre un régime, cela ne signifie pas forcément qu’elle ou il développe un trouble alimentaire. Il est essentiel que les parents maintiennent le contact avec leurs enfants et restent ouverts au dialogue. «Les parents doivent prendre au sérieux les désirs et les sentiments des adolescents. Compréhension et soutien moral sont plus importants qu’explications factuelles et tentatives de persuasion», souligne Birgit Schmid. «Les parents peuvent saisir l’occasion pour aborder en famille les thèmes d’une alimentation équilibrée et d’une pratique saine du sport.»

Approche interdisciplinaire

D’une manière générale, dans un premier temps, les parents ne devraient pas accorder trop d’importance à l’apparition d’un nouveau comportement alimentaire chez les adolescents. En revanche, ils devraient devenir vigilants si leur enfant perd beaucoup de poids, se pèse très souvent, mange moins et évite les repas, accorde une importance excessive à la nourriture, prend des compléments alimentaires pour développer ses muscles ou brûler ses graisses, est insatisfait de son poids malgré une silhouette svelte,
séjourne longtemps dans la salle de bain après les repas et que des bruits de vomissements sont audibles. Chez les jeunes filles, l’absence de menstruation constitue un signal d’alarme supplémentaire.

Dans de telles situations, Birgit Schmid recommande de consulter un professionnel. En effet, les troubles du comportement alimentaire recèlent des risques physiques et psychiques à long terme: «Plus un trouble alimentaire est décelé et traité tôt, meilleures sont les chances de guérison.» Le traitement d’un trouble alimentaire s’effectue de façon coordonnée entre pédiatre ou médecin de famille, conseil nutritionnel et psychothérapeute. Ce dernier peut s’avérer d’un grand soutien pour les parents. «La maladie est un fardeau pour toute la famille. Les parents souhaitent aider, mais se sentent impuissants. Ils sont désespérés et dépassés», explique Birgit Schmid. Chez le psychothérapeute, les parents apprennent à gérer la situation et l’enfant atteint de troubles.


santé24 apporte son soutien

Le service de télémédecine santé24 apporte un soutien étendu aux patients et à leurs proches en matière de troubles alimentaires. Les services suivants sont gratuits pour les assurés SWICA:

  • Analyse de situation
  • Triage et, le cas échéant, réorientation vers des thérapeutes/centres spécialisés
  • Suivi psychologique des patients à partir de 16 ans et des parents ou proches (dans le respect de la protection des données)
  • Conseil nutritionnel

Informations complémentaires

Société Suisse de Troubles de l’Alimentation: sges-ssta-ssda.ch
Conseil en matière de troubles alimentaires: ccnp-ge.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *