La santé au naturel, par les plantes médicinales

Sous des extérieurs séduisants et multicolores, de nombreuses plantes comme la camomille, l’ortie ou la lavande renferment des principes actifs et peuvent être utilisées à des fins médicinales.

Ortie

Connue depuis longtemps pour ses propriétés nutritionnelles et médicinales, l’ortie (Urtica dioica) se consomme de diverses manières: en salade, en soupe, en pesto ou en infusion. Particulièrement savoureuses au printemps, les jeunes feuilles d’ortie contiennent protéines, vitamines et minéraux. A partir du mois d’août, la plante produit des graines comestibles, source de vitalité et d’énergie. Les racines sont utilisées dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate chez les hommes, les phytohormones facilitant la miction.

Les préparations à base d’ortie ne doivent pas être utilisées chez les personnes souffrant de rétention d’eau (suite à une insuffisance cardiaque ou rénale) ou de troubles hépatiques. Les personnes présentant une intolérance à l’histamine se renseigneront d’abord auprès de leur médecin ou pharmacien.


Camomille

La camomille (Matricaria chamomilla L) fleurit de mai à septembre. L’infusion de ses fleurs s’utilise pour lutter contre les inflammations du système gastro-intestinal. Il est aussi possible de l’appliquer sur le visage, car les huiles essentielles de la camomille combattent les boutons et les impuretés. Des gargarismes ou des bains de bouche répétés plusieurs fois par jour soulagent les inflammations des gencives.


Plantain lancéolé

Le plantain lancéolé (Plantago lanceolata) compte parmi les plantes médicinales les plus anciennes. Il est connu avant tout comme plante de la toux en raison de ses effets sur le système immunitaire. Ses feuilles s’emploient généralement en infusion, en sirop ou en bonbons et ont un effet expectorant et antibactérien en cas de maladie bronchique. La plante permet aussi de traiter les inflammations des muqueuses bucco-pharyngiennes.

En outre, elle désinfecte les plaies, favorise leur cicatri­sation et soulage les démangeaisons lors de piqûres d’insectes. En cas de piqûre de moustique, d’allergie ou de lésion cutanée externe, les feuilles fraîches du plantain lancéolé peuvent être mastiquées et appliquées à l’endroit voulu. Riches en vitamine C, les feuilles peuvent aussi agrémenter une salade. La période de floraison s’étend de mai à septembre.


Sureau

Le remède naturel contre la fièvre, le rhume et la toux. Le sureau (Sambucus nigra) fournit des fleurs blanches au printemps et des baies noires luisantes en automne. Bu sous forme d’infusion ou de sirop additionné d’eau chaude, il favorise la transpiration. Les baies fournissent vitamines A et C, potassium et fer, mais ne doivent pas être consommées crues.

 

Risque de confusion:
attention, les baies de l’hièble (Sambucus ebulus), communément appelé «petit sureau», sont toxiques. L’hièble porte des feuilles plus longues et plus étroites et ne dépasse pas un mètre et demi de haut. Il ne se lignifie pas, et ses baies forment un corymbe à port dressé.


Lavande

Connue pour son effet apaisant, la lavande (Lavandula angustifolia) est souvent utilisée pour favoriser l’endormissement, par exemple en petit bouquet placé à côté du lit ou sous forme de fleurs séchées dans un oreiller. La plante peut aussi être ajoutée à l’eau du bain ou transformée en huile essentielle appliquée à même la peau. Pour éviter irritations et allergies, on veillera toutefois à respecter un dosage modéré. L’huile de lavande s’avère bénéfique contre la candidose (levure) et les mycoses. Utilisées en infusion, les fleurs séchées soulagent les pro-blèmes de digestion comme les ballonnements. La lavande fleurit de juillet à août et s’avère un bon répulsif à moustiques (appliquer une tisane non diluée ou mélangée à une quantité égale d’alcool).


Des remèdes venus du jardin

Pour soigner troubles gastro-intestinaux, maux de tête ou petites éraflures, rien de tel que les plantes médicinales.

Toux
Les produits à base de thym et d’eucalyptus s’avèrent particulièrement efficaces pour liquéfier le mucus épais. En cas de toux sèche, en revanche, le plantain est tout spécialement indiqué (cf. pages 6/7).

Nausées
Frais, en tisane ou sous forme de comprimés, le gingembre est considéré comme l’un des meilleurs remèdes naturels contre la nausée, déclenchée en particulier par le mal des transports ou une grossesse.

Plaies et soins cutanés
Le souci a des propriétés anti-inflammatoires et ­cicatrisantes. Il s’utilise souvent sous forme de pommade pour nourrir la peau ou soigner petites égratignures et crevasses.

Maux de tête
Une goutte d’huile essentielle de menthe appliquée sur le front et les tempes peut soulager les maux de tête légers. Une tisane de reine-des-prés aura aussi un effet apaisant: la plante contient des précurseurs de l’acide acétylsalicylique, présent dans de nombreux comprimés contre les maux de tête.

Problèmes de digestion
Le cumin constitue l’un des meilleurs remèdes contre les ballonnements. Il suffit de piler les graines au mortier, de les faire infuser dans de l’eau chaude et de les boire sous forme de tisane. Il est aussi possible de mâcher les graines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *